Construire collectivement une pensée individuelle…enfin presque :)

Les coutures du bénévolat

Ça y est, on y est, Eurêka ! Enfin, des gens payent pour travailler !
Bon, la chose existe déjà depuis longtemps : “le bénévolat”. Moi-même je suis assez candidate, mais j’aime à croire que ce que je bénévole est d’une grande inutilité …

Le bénévolat est aujourd’hui organisé, structuré par les collectivités : c’est enfin le succès de l’individualisation de la responsabilité, le succès de ce monde dans lequel tu es seul garant de ton salut. La puissance publique peut enfin se concentrer sur de véritables dépenses, chères à la nation : le soutiens au grandes entreprises, l’achat de drones et de LBD.
Le reste : la santé, l’alimentation, l’eau, un toit et l’éducation peuvent être enfin pris en charge par la sphère privée, ou par le bénévolat, si t’es pauvre…

Depuis le début de ce confinement quantités de femmes, parce que ce sont en majorité des femmes, ont sorti leurs machines à coudre pour fabriquer des masques. De ces femmes, j’en fais partie, qui, pour la première fois de leur vie se sont improvisées expertes en fiches techniques, en tissus, en normes.
Pour ma part, que de joie, que de délectation à baigner dans cette nouvelle obsession qui a rempli mes pensées durant de longues journées : en de combien de fils est ce tissu? Et de quel grammage cette popeline? Faut-il mettre des élastiques ou du biais? Le patron du CHU de Grenoble est-il encore valable, avec sa couture au milieu ou bien vaut-il mieux celui d’AFNOR à deux plis? ou cet autre à trois plis? Et la forme, classique ou celle dite de bec de canard? En triple épaisseur ou bien avec la possibilité d’y glisser un filtre? Si oui de la polaire, de la ouate?

Pendant que je cousais pour tenter, modestement, d’assurer ma sécurité, ma santé, celle des mes proches, cela m’évitait de penser, de réfléchir, de m’informer, toute happée que j’étais à ma mission de sûreté sanitaire !

Ces petites mains qui fabriquent de petits masques en tissus récupéré de torchons, de vieux draps, de chemisiers, de jupes… A quoi bon dépenser l’argent de la collectivité et faire appel à des professionnels de la confection lorsqu’on a de si jolies petites mains à sa disposition !…

“Parce que non, la collectivité ne peut pas tout ! Elle ne peut pas se substituer à la responsabilité individuelle !”

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *