Construire collectivement une pensée individuelle…enfin presque :)

L’internationale à l’usine

Lyon

Novembre 1968… nous nous sommes installés à Caluire avec nos deux enfants en bas âge.

Je trouve un emploi d’ajusteur à Paris-Rhône (démarreurs, alternateurs)…

Le boulot n’est pas pire qu’un autre… je suis pétris d’idées, on va dire anarcho-maoïstes, et je guette parmi les ouvriers les reste de la grève générale de cette année…

Je viens de trouver sur le net:

“Les grèves sont rudes avec occupation des usines: partie par l’encadrement et partie par les ouvriers. Elles se termineront les dernières de la région lyonnaise, avec l’acquit de la 5° semaine.”

Il ne reste pas grand-chose…

Dans l’après-midi, tout en travaillant, profitant peut-être d’une période de silence… je siffle avec énergie l’internationale…

Le chef d’atelier, sort la tête de son bureau vitré, et m’appelle…Une fois dans son bureau:

“Tu arrêtes ça tout de suite…”

Le rapport de force étant en ma défaveur, n’ayant pas pu mobiliser les masse laborieuses par ma tentative héroïque, je me tais…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *