Construire collectivement une pensée individuelle…enfin presque :)

On est qui ?

I sont les invités. Parce que des fois les autres aussi ils écrivent des trucs pas cons…

A est un homme. Il se pose beaucoup de question et commence souvent ses phrase par “Oui, mais…”

F est une femme, mais en fait elle a l’impression d’être une fille. Elle aime son chat.

[sg_popup id=361]
A un moment donné il y a une coquille vide qui attendait qu’on la remplisse.

Étant donné mon problème avec la perfection, je me suis dit qu’avant d’y poster quoi que ce soit il fallait lui assigner un but, un blog à dimension universelle qui marquerait définitivement notre entrée dans une nouvelle aire de réflexion.

Du coup j’ai rien écrit.

J’allais le visiter de temps autre. Jour après jours il me renvoyait notre incapacité à mettre en œuvre ce dont nous avions rêvé : un projet commun quel qu’il soit, une aventure à trois.

Puis j’ai fait l’acquisition du livre de C.André-A.Jollien-M.Ricard, “A nous la liberté”, dans lequel ils expliquent que le livre est en fait un recueil de leurs dialogues, la parole de l’un alimente la réflexion de l’autre, et l’autre rebondit encore sur ce que vient de dire le dernier… Et je me suis dit que c’était exactement ce qu’on faisait A et moi : lorsqu’on s’écrit, lorsqu’on se parle, nous nous aidons à penser.

Et puis il y a eu la fameuse révélation comme quoi je n’étais pas parfaite, grâce à laquelle j’ai compris que je ne vaincrais jamais la mort avec mes mots, avec mes dessins, avec mes chansons, et que du coup, je pouvais bien tenter le grand saut, écrire sans raison, sans objectif, sans crainte du jugement, parce que de toute façon, quoi qu’il arrive, je mourrais.

Alors j’ai posté mon premier article et A a suivi…

Ce blog est le prolongement des dialogues dont nous avons pris l’habitude à trois. Poster-riposter, écrire-commenter. Avec l’intention de rendre publique cette pensée individuelle qui se construit avec les autres, collectivement. Dans l’espoir de rendre visible le mécanise. Et comme dirait A, évidemment aussi “pour se faire un max de blé”.