Construire collectivement une pensée individuelle…enfin presque :)

Varlin sur Whatsapp

Depuis que je suis passé dans la “Rue de la Commune”, Varlin, me poursuit…

Il y a eu l’ébauche de la chanson “8 heures”, que Mymytchell m’avait fait écouter en presqu’exclusivité… Tout d’un coup Varlin parlait…

Le type dont j’ai prononcé des centaines de fois, écrit tout autant, le nom… Tout d’un coup parlait…

Ce n’était pas possible, j’ai passé une douzaine d’années de mon enfance en famille avec mon frère, puis à la mort de ma mère mon père, y est resté de nombreuses années, puis mon fils est venu y vivre, sa femme a accouché dans cet appartement… Avant que cette famille abandonne ce HLM, pour aller s’établir dans la Drôme…

Pendant tout ce temps-là, il n’a pas parlé le bougre, il n’a rien dit.

C’était des lettres en bleu sur fond ocre aux coins de la rue, un coin en commun avec la rue Eugène Pottier… Lui c’était pareil, il n’a jamais rien dit non plus… Il avait sa plaque, comme Varlin…

On les nommait à tour de bras, mais jamais ils ne se vantaient d’avoir dit ça, d’avoir fait ça… Non rien…

Avant Varlin, on était dans la rue Édouard Vaillant, à 4 dans un deux pièces, avec l’évier au fond de la salle de bain…

Mes parent étaient amis avec un grand spécialiste de Marx, Maximilien Rubel qui habitait dans cet appartement de la rue Eugène Varlin, et qui le quittait pour un autre mieux… On a réussi à lui succéder, une pièce de plus, la salle de bain, la cuisine séparée… Le luxe… Donc pour moi Varlin, j’avais un apriori favorable, dès le départ, puisque c’était mieux…

Et puis cette cité jardin c’était bien aussi… Donc Varlin, Pottier, Lafargue, etc. étaient très sympas, et c’est tout. J’irais presqu’à dire, que je m’imaginais qu’ils devaient veiller sur nous affectueusement. J’ai toujours eu cette impression, même une fois parti que cette commune là (La butte Rouge à Chatenay Malabry,) nous aimait.

Varlin… Eugène, fallait le dire, mais c’était Varlin que je fixais en moi.Eugène ça a toujours fait vieillot.

Alors quand elle a chanté “8 heures”, tout d’un coup tout ce passé bienveillant c’est réveillé… L’émotion…

En plus dans la chanson, elle le montre comme quelqu’un qui a le soucis de l’émancipation du peuple… Et ça, c’est une question qui me travaille de longue date…

Alors bêtement, quand, dans cette période de confinement, mon neveux a pris l’initiative de créer un groupe Wathsapp, il nous a demandé “Je mets quel nom?” j’ai dit comme une évidence “Varlin”  “Pas de soucis”, il a répondu…

Comme dans la rue de mon enfance, je revois son nom, quotidiennement, pas sur les murs lettres bleues sur fond jaune, juste sur l’écran… Il ne me lâche pas… J’attends qu’elle finisse sa chanson, j’en saurais peut-être encore plus sur lui, parce que Wikipédia c’est bien mais c’est pas ça, il y a trop ce côté embaumé…

Ajoût le 20/04

Dans cette rue j’oubliais aussi deux périodes importantes et tristes…

1967, mon fils Nicolas nait à Saint Girons… il a un mois et demi, nous montons à Paris en 2CV pour le montrer à mes parents… En redescendant , nous avons un accident , l’ami qui conduit s’endort au volant à l’heure terrible du lever du jour, car nous avions roulé toute la nuit…

La voiture va se planter sur une borne, la maman de Nicolas est projeté sur la chaussée.; elle mourra à l’hôpital quelques mois après.

Je suis contraint de rester allongé pendant un mois.. donc impossibilité de m’occuper de Nicolas. Ma belle-mère, l’emmène en avion, et le remets à mes parents…

Une fois rétabli, je remonte toujours au 11 rue Eugène Varlin, pour le voir… il est magnifique, et ma mère semble, à son contact avoir rajeuni… en les quittant, je traverse un espèce de terrain vague pour aller chercher l’autobus, et là dans cet espace comme vide je m’écroule en larme…

Depuis le début je n’avais pas pleuré

 

Plus tard, 9 ans après,, c’est ma mère qui décèdera dans cette appartement, mon frère et moi seront présent, ce sera la première fois et la seule que je verrais mon père pleurer.

Je cherche à publier mon texte sur le blog https://souslarbre.xyz que je tiens avec Florence.. Il me faut une image à mettre en avant, je cherche, j’en trouve une , et l’article qui va avec fait état que Varlin a été assassiné…

 

Donc j’ai vécu tout ce temps en ignorant que Varlin avait été assassiné…

Dans ce texte, il y a plusieurs choses qui me frappent:

-D’abord comment l’histoire peut rebattre les cartes à tout moment.. de quoi être parano..

Il y avait une foule… Il y des foules distinctes, des généreuses, des haineuses… Laquelle est légitime ? Là c’est un lynchage en bonne et due forme… Ils l’ont carrément massacré…

J’ai de plus en plus peur des foules…

Pourquoi cette mise à mort me fait penser à la mort de Patrice Lumumba, où dans cette photo on mesure la tragédie en train de se jouer

 

http://force-ouvriere44.fr/lassassinat-deugene-varlin/

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Varlin sur Whatsapp”